Vanuatu

vanuatu.png

Philippe Germain avec Charlot Salwai, Premier Ministre du Vanuatu.

La République du Vanuatu est le premier partenaire de la Nouvelle-Calédonie en termes de coopération régionale.

Les deux pays partagent une culture et une histoire communes et entretiennent une longue relation d’amitié. Les actions de coopération entre ces deux territoires s’inscrivent dans le cadre d’une convention de coopération conclue entre le Vanuatu et le gouvernement français, initiée en 2002 et renouvelée depuis tous les quatre ans.

Cette convention couvre six grands secteurs de coopération :

  • le développement économique durable incluant l’agriculture ;
  • l’éducation, la francophonie, la formation et l’insertion professionnelle des jeunes ;
  • la recherche et les transferts de technologie ;
  • la jeunesse et la culture ;
  • la santé ;
  • la bonne gouvernance.

Depuis 2016, et conformément au vœu du Premier ministre du Vanuatu, l’aide apportée par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et l’État dans le cadre de cet instrument de coopération est concentrée sur le secteur de l’éducation et surtout de l’enseignement supérieur notamment francophone, répondant ainsi à la première priorité nationale de développement du Vanuatu.

Une mission de diplomatie économique menée début avril 2016 par le président du gouvernement a permis aux acteurs du secteur privé de Nouvelle-Calédonie d’initier de nombreux contacts dans divers secteurs d’activité, au premier rang desquels le secteur de l’eau et le secteur agricole. Depuis cette visite de haut niveau, les liens entre les deux pays se sont renforcés et ont permis d’aboutir, le 3 mars 2017, à la signature d’un cadre conjoint de coopération ouvrant de nouvelles perspectives.

Au total, l’aide directe apportée par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie au Vanuatu s’élève en moyenne à 50 millions de francs par an (environ 420 000 €). Cette aide est apportée au travers des différentes enveloppes de coopération votées chaque année au budget de la Nouvelle-Calédonie :

  • l’enveloppe relative à la convention de coopération avec le Vanuatu ;
  • le fonds de coopération bilatérale ;
  • le fonds Pacifique Nouvelle-Calédonie.

Parmi les principaux projets soutenus dans le secteur éducatif, on peut noter :

  • la formation professionnelle continue auprès des enseignants francophones du Vanuatu, en partenariat avec l’ESPE, l’UNC et IFM-NC ;

  • le soutien à l’INTV (Institut national technologique du Vanuatu) pour la structuration de l’enseignement technique en partenariat avec le vice-rectorat ;
  • la mise en place de campus numériques permettant de soutenir l’enseignement à distance ;
  • mais surtout, le soutien à l’enseignement supérieur francophone au Vanuatu : licence AES (administration économique et sociale), master SES (sciences économiques et sociales), master ADTO (aménagement et développement des territoires océaniens) et prochainement licence « tourisme ». Ces projets sont menés dans le cadre d’un partenariat étroit entre l’Université de la Nouvelle-Calédonie et le ministère de l’Éducation et de la formation du Vanuatu.

Construction de la future université nationale du Vanuatu

En décembre 2016, la Nouvelle-Calédonie s’est vue octroyer une enveloppe de 700 000 € (environ 83,5 millions de francs) dans le cadre du Fonds FICOL (facilité de financement des collectivités territoriales françaises), instrument de coopération de l’Agence française de développement (AFD), pour la construction de la première tranche de la future université nationale bilingue du Vanuatu. En complément, la Nouvelle-Calédonie apportera une enveloppe de 35 millions de francs pour permettre la réalisation de ce projet qui entre en parfaite cohérence avec les actions menées depuis de nombreuses années en partenariat avec le ministère de l’Éducation et de la formation du Vanuatu, l’ambassade de France au Vanuatu et l’Université de la Nouvelle-Calédonie pour promouvoir l’enseignement supérieur francophone dans ce pays.

Autres projets phare soutenus

  • Le réseau ORSNET : réseau de surveillance sismologique en temps réel interconnectant le Vanuatu, la Nouvelle-Calédonie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les Îles Salomon, Tonga, Fidji et Samoa. La coopération étroite entre le Géohazard Department du Vanuatu et l’IRD a permis de faire du centre ORSNET un centre d’excellence.

  • Le soutien au secteur sanitaire : formation de sages-femmes, financement de rotations de praticiens médicaux dans les îles isolées de l’archipel, opérations Castor consistant en la rénovation chaque année de centres de santé dans différentes îles de l’archipel, en partenariat avec les Forces armées de la Nouvelle-Calédonie (Fanc).

  • La coopération de la Nouvelle-Calédonie envers le Vanuatu touché par le cyclone Pam : les 13 et 14 mars 2015, Pam, un cyclone de catégorie 5, frappait le Vanuatu causant la mort de onze personnes et faisant des milliers de déplacés ou sinistrés. Dans cette situation de crise, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie validait le principe de l’attribution d’une enveloppe de 47 millions de francs pour une opération consistant à déployer une unité d’intervention afin d’aider au rétablissement des populations, et à acheminer du fret humanitaire.