Nouvelle-Zélande

dsc_0223.jpg

Philippe Germain avec Murray McCully, Ministre des Affaires Etrangères de Nouvelle-Zélande.

La Nouvelle-Calédonie est le plus proche voisin géographique de la Nouvelle-Zélande. Cela explique les liens forts qui unissent ces deux pays, optimisés par l’ouverture, en novembre 2012, de la Délégation pour la Nouvelle-Calédonie en Nouvelle-Zélande. Elle marque l’acte de naissance du réseau diplomatique calédonien dans le Pacifique.

Outre le renforcement du dialogue politique bilatéral, illustré par huit visites officielles (gouvernement, provinces, Sénat coutumier) cordonnées en quatre ans (2013-2016) par le délégué, les actions de coopération bilatérale se concentrent sur quatre secteurs :

  • scientifique, avec les organismes de recherche tels que GNS, NIWA, ESR, Landcare Research, et Plant and Food Research ;
  • éducatif, au travers d’un programme de formation professionnelle continue s’adressant aux enseignants de français, grâce à un cofinancement du Fonds Pacifique et des coopérations entre le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, l’Université de la Nouvelle-Calédonie, l’ambassade de France à Wellington et l’ILEP (International Languages Exchanges and Pathways) ;
  • culturel, avec entre autres les déplacements d’artistes calédoniens (musiciens, peintres, arts de la rue), en collaboration avec les dix alliances françaises de Nouvelle-Zélande et le délégué, et l’immersion d’apprenants néo-zélandais en langue française au Centre de rencontres et d’échanges internationaux du Pacifique (Creipac) ;
  • économique, via la promotion de l’attractivité de la Nouvelle-Calédonie, conjointement assurée par NCT&I et le délégué.

Le délégué pour la Nouvelle-Calédonie à Wellington a pour mission première la mise en œuvre du Plan conjoint de coopération Nouvelle-Calédonie – Nouvelle-Zélande, signé le 10 septembre 2016, qui définit le cadre et les objectifs des échanges commerciaux bilatéraux, en privilégiant les partenariats économiques. Il comprend les secteurs de l’économie et du commerce (construction, normes, biosécurité, tourisme), de l’éducation, de la santé, du sport, de l’environnement et de la recherche-innovation.