La coopération au cœur des résolutions du 19e Forum UE-PTOM

01 décembre 2022

Affaires européennes

La photo officielle des chefs des délégations avec les tenues créées spécialement à l’occasion du forum.

Mardi 22 novembre, la Nouvelle-Calédonie accueillait le 19e Forum Union-européenne - Pays et territoires d’outre-mer (UE-PTOM). Une opportunité pour les membres de l’Association des pays et territoires d’outre-mer (Overseas Countries and Territories Association – OCTA), les représentants de la France, du Danemark, des Pays-Bas et de la Commission européenne, de discuter des opportunités, des défis et de la coopération qui les lient.

Organisé tous les ans alternativement à Bruxelles ou dans un PTOM, le Forum UE-PTOM s’est déroulé à Nouméa pour sa 19e édition. Cet événement est venu clore plusieurs jours d’échanges marqués par des réunions trilatérales entre les PTOM, les États membres (France, Danemark, Pays-Bas) et la Commission européenne. Ces entrevues avaient notamment pour objectif de faire un point sur la mise en œuvre et la programmation de l’assistance financière.

Toujours en amont du forum, une série d’ateliers de travail a été mise en place le samedi 19 novembre sur les thèmes de l’investissement, de la coopération régionale en prenant notamment l’exemple du programme régional PROTEGE, ou encore de la coopération intrarégionale des PTOM. Les membres du gouvernement, Adolphe Digoué, Mickaël Forrest, Vaimu’a Muliava et Joseph Manauté, ont participé à ces séquences qui ont permis aux délégations, au travers de présentations et d’échanges, de faire un état des lieux et d’identifier des pistes d’amélioration des relations UE-PTOM pour les années à venir.

Trois ateliers ont été organisés durant la journée du samedi 19 novembre.

Trois ateliers ont été organisés durant la journée du samedi 19 novembre.

                                     

 

La conférence ministérielle de l’OCTA

La veille du forum, les membres de l’OCTA ont participé à la Conférence ministérielle de l’association. Il s’agit de la plus haute autorité décisionnelle de l’OCTA, qui se réunit une fois par an pour acter des orientations administratives et politiques de l’association.

Au cours de ce rendez-vous, les membres ont abordé notamment l’avenir du partenariat entre l’UE et les pays et territoires d’outre-mer, les sujets de coopération régionale, ainsi que les nouveaux enjeux liés à la gouvernance de l’association. «L’OCTA a donc un rôle très important à jouer dans le dialogue avec l’Union européenne, et la gouvernance de l’association est un élément clef dans notre développement respectif, et l’un des points d’attention de la feuille de route de notre organisation », a indiqué le président du gouvernement Louis Mapou.

C’est également au cours de cette conférence que Louis Mapou a passé le relais de la présidence de l’OCTA au Groenland, représenté pour l’occasion par Kalistat Lund, ministre de l'agriculture, de l'autosuffisance, de l'énergie et de l'environnement de son pays. Aruba a pris, quant à elle, la vice-présidence de l’association.

Louis Mapou passe le relais à Kalistat Lund pour la présidence de l’OCTA.

Louis Mapou passe le relais à Kalistat Lund pour la présidence de l’OCTA.

 

Cette journée du lundi 21 novembre s’est terminée par un dîner offert aux délégations par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. Celui-ci a eu lieu dans les jardins du centre culturel Tjibaou en présence notamment du haut-commissaire de la République Patrice Faure, du président du Congrès, Roch Wamytan, du président du Conseil économique social et environnemental (CESE) Jean-Louis d'Anglebermes et du président du Sénat coutumier Hugues Vhemavhe.

Le dîner organisé à l’issue de la Conférence ministerielle a eu lieu dans les jardins du centre culturel Tjibaou.

Le dîner organisé à l’issue de la Conférence ministerielle a eu lieu dans les jardins du centre culturel Tjibaou.

 

3,57 milliards pour la transition énergétique en Nouvelle-Calédonie

En guise d’ouverture de la journée de travail et d’échanges politiques du mardi 22 novembre, le président Louis Mapou a tenu à rappeler l’importance de la consolidation des liens entre les membres de l’OCTA, mais aussi avec l’Union européenne. « Cette organisation qui nous lie doit avoir comme mission de consolider notre relation avec l’Union européenne à un moment où les mutations du monde nous obligent à faire face à une certaine complexité dans laquelle nous pouvons perdre notre âme, a affirmé la président du gouvernement. Nous, les PTOM européens, ne représentons qu’un million d’habitants, mais nous sommes placés au milieu des grandes voies maritimes qui sont au cœur des grands enjeux géopolitiques. L’Union européenne n’est pas suffisamment présente comme alternative face à la Chine et aux États-Unis. Nous avons besoin de savoir si, au-delà du soutien financier, l’Union européenne est capable de nous accompagner pour que nous traitions les appréhensions liées à notre petitesse. »

Le forum s’est terminé par des signatures symboliques des programmes de subventions européennes en faveur des PTOM. L’enveloppe globale allouée via la décision d’association d’outre-mer (y compris le Groenland) pour 2021-2027 est de 60 milliards de francs, dont 3,57 milliards pour la Nouvelle-Calédonie. Ces fonds seront destinés à financer le soutien à la de transition énergétique du pays.

La convention a été signée pour la Nouvelle-Calédonie par Christopher Gygès, membre du gouvernement chargé de la transition énergétique et de développement des énergies renouvelables.

La convention a été signée pour la Nouvelle-Calédonie par Christopher Gygès, membre du gouvernement chargé de la transition énergétique et de développement des énergies renouvelables.

 

 

Des rencontres en marge du forum

Plusieurs délégations des membres de l’OCTA sont arrivées en Nouvelle-Calédonie la semaine précédant le forum. L’occasion pour certaines d’entre elles de rencontrer le gouvernement en marge de l’événement. Ainsi, jeudi 17 novembre, le président Louis Mapou et le membre du gouvernement Vaimu’a Muliava ont reçu Bernard Briand, président du Conseil territorial de Saint-Pierre-et-Miquelon, pour traiter des sujets de la fiscalité et des normes énergétiques de construction. Ils ont accueilli dans la même journée la délégation de Wallis-et-Futuna, menée par Munipoese Muliakaaka, le président de l’assemblée territoriale, avec laquelle ils ont notamment échangé sur les suites à donner en termes de coopération bilatérale entre les deux archipels. Enfin, vendredi 18 novembre, les membres du gouvernement Vaimu’a Muliava et Christopher Gygès, accompagnés du directeur général adjoint de l’OPT, Thomas De Deckker, ont rencontré les délégations de Wallis-et-Futuna et de Polynésie française avec lesquelles ils ont abordé les enjeux relatifs au secteur de la coopération régionale numérique.

 

Documents